Pole Dancer Stories (10) : Interview de Diana.

Bonjour 😀 Nouvelle interview aujourd’hui de Diana, poleuse et working girl surbookée mais surtout passionnée ! Crédits photos : Cristophe Meyer. Bonne lecture !

Peux-tu nous parler un peu de toi ?
Je suis une maman de deux enfants (6 et 10 ans) qui a découvert la pole il y a maintenant 3 ans et qui est devenue directement accro. Outre la pole, je suis attachée de presse dans un théâtre à Bruxelles. Une fois par mois, j’anime également un atelier de décoration florale. Je donnais également cours de salsa avec mon amoureux mais j’ai dû arrêter par manque de temps. Je continue à danser régulièrement en soirée, je m’évade par la musique….
Quand et comment as-tu commencé la pole ? A quel niveau en es-tu actuellement ?
J’ai découvert la pole à la télé dans l’émission Comment ça va bien en janvier 2013. Caroline de l’école Pink School y a fait une petite performance. Je suis tombée littéralement amoureuse de la pole à cet instant précis…. J’ai aimé la grâce mais surtout la force de ce sport. Je cherchais justement un nouveau challenge dans ma vie. Avoir une passion dans laquelle je puisse me donner à fond et m’épanouir. Dans les danses latines, tu dois être deux, sortir en soirée souvent si tu veux vraiment évoluer et avec deux enfants ce n’était pas possible. La pratique de la pole était parfaite pour moi… je pouvais m’entraîner seule chez moi ! Une aubaine !

C’est difficile de juger le niveau…. je dirais intermédiaire, avancé mais il y a tellement de mouvements à apprendre sans oublier la souplesse, la grâce, les équilibres !

Qu’est-ce que la pole t’a apporté ?
La confiance en moi ! J’ai toujours été pulpeuse mais là je suis pulpeuse gainée !

J’ai accepté mon corps, je l’aime….

Je n’ai jamais été pudique mais maintenant j’assume mon corps. Maintenant j’ai des bras et des épaules trop musclés mais je les assume aussi et avec le sourire.

Je fais également beaucoup d’exotic et je m’éclate !!!!

Comment expliquerais-tu ta passion à un non-initié ?
La définition du mot passion : État affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un. C’est ça la pole, s’entraîner dur, ne rien lâcher mais on le fait avec plaisir et envie car on aime ça. On est dans notre bulle….

C’est tellement jouissif d’arriver à passer un mouvement, de faire une choré ou alors de danser en talons que l’on oublie tous les désagréments tels que les bleus ou les courbatures. La pole c’est le dépassement de soi…. physique et psychologique.

Quels autres sports et danses pratiques-tu ?
Je danse la salsa, bachata et ma préférée la kizomba !

J’essaie d’aller à la salle de fitness mais je n’ai pas beaucoup de temps…

Tu as participé à trois compétitions et tu te prépares pour une prochaine. Peux-tu nous dire lesquelles ? Comment te prépares-tu pour ce genre d’évènements ?
J’ai participé à l’heure actuelle à trois compétitions, deux fois au Championnat de Belgique et une fois au Pole Fusion Festival. Actuellement je me prépare pour le Pole Art Lisbonne qui se déroulera en juin. Concernant la préparation, j’essaie d’avoir une vie encore plus saine : manger mieux, dormir plus et surtout ne pas faire d’excès.

Le plus difficile pour moi c’est de créer  une chorégraphie mais une fois que c’est dans la boîte…. Alors je travaille les détails et surtout surtout la GRACE !

Comment se déroule une compétition ? Les coulisses ? La scène ?
En général cela se passe bien…. les participants sont très sympas et il y a une bonne ambiance malgré le stress avant de monter sur scène. Une fois sur scène et que les premières notes commencent, c’est du pur bonheur pour moi ! J’oublie tout et je me donne à fond !!! Ca passe trop vite….
Tu as ouvert ton école en janvier : ça a du être un grand moment dans ton parcours de poleuse ! Peux-tu nous parler un peu de ton studio et de ce que tu transmets à tes élèves ?
Grand moment dans mon parcours de poleuse mais aussi dans ma vie de femme !

Depuis toujours j’aime partager avec les autres… et c’était tout naturel que je franchisse le cap aussi en pole. J’ai suivi des cours pendant 3 ans avec Sarah Cavenaile, championne de Belgique mais aussi suivi beaucoup de workshops et surtout je suis en formation chez Doris Arnold à Paris. J’avais besoin d’une certaine légitimité avant de me lancer vu qu’en Belgique il ne faut aucun diplôme pour donner cours de danse. Afin de parfaire ma formation, je vais également suivre une formation de « Physical trainer » afin de mieux connaître l’anatomie, la biomécanique, etc. C’est primordial de donner un enseignement complet sans prendre de risques.

Donner cours c’est avant tout un moment de partage ! J’essaie de créer une ambiance agréable et détendue. Il y a toujours deux genres d’élèves, celles qui viennent pour s’amuser et celles qui veulent évoluer !!! Il faut donc trouver un juste milieu. Etre prof de pole c’est savoir écouter et surtout voir ce qui n’est pas montré… être plus présente pour celles qui ont plus de mal avec les mouvements mais aussi avec leur image !

Tu es aussi attachée de presse dans un théâtre, tu as deux enfants, comment fais-tu pour concilier tout ça au quotidien ?
Je ne dors plus 🙂

Plus sérieusement, j’ai diminué mon horaire pour pouvoir m’entraîner plus. Je le fais quand mes enfants sont couchés. Ca me demande une énergie supplémentaire car le soir on est fatigué et on a qu’une envie…. s’affaler sur son canapé devant la télé !

J’ai des objectifs à atteindre et je m’entraîne dur pour les atteindre.

Participes-tu à des workshops ? Si oui peux-tu nous en parler un peu ? Du déroulé, de l’ambiance, de ce que ça t’a apporté.
Je ne participe pas beaucoup à des workshops car je n’y apprends pas grand-chose…. j’ai besoin de plus de temps que les autres pour assimiler un mouvement. Je préfère les pole camp où on prend plus de temps ou alors des vrais cours !
Si tu devais citer tes qualités ou facilités en pole que dirais-tu ? Qu’est-ce que tu considères que tu as encore à travailler ?
Ma plus grande qualité : LA PERSEVERANCE ! Tant que je n’y arrive pas, je n’abandonne pas ! Ma facilité… peut-être la force ! Je dois TOUT travailler… mais surtout la grâce.
Quels sont tes prochains objectifs personnels à atteindre ?
Le deadlift & le Phoenix sans élan…

As-tu eu des moments de doutes ou d’incertitudes et comment les as-tu surmontés ?
Toutes les poleuses et poleurs passent par des moments de doute…. Ça fait partie de l’évolution ! Comme je filme tout ce que je fais, il me suffit de retourner en arrière et de voir les progrès acquis. Certains jours ton corps n’a pas envie et il faut l’écouter ! Quand ça arrive, j’arrête et je fais une activité qui me fait vraiment du bien : un massage, une balade ou alors je cuisine un fondant au chocolat !
Qui sont tes sources d’inspiration ?
Pour la grâce, Quan Bui, pour la force Amandine Philippe et la sexy Doris Arnold !
Quelles sont tes figures préférées ?
Le jade, toutes les figures en force qu’il faut exécuter avec la grâce !
Quels conseils donnerais-tu à un débutant pour progresser ?
Ne pas se comparer avec les autres même si c’est plus facile à dire qu’à faire. Etre patient et « gentle » avec son corps. Ne pas vouloir aller trop vite… d’abord maîtriser les bases et surtout TRAVAILLER LES DEUX COTES !!!!!!
Un dernier petit mot pour la fin ? Ce paragraphe est à toi, tu peux y dire ce que tu veux !
La pole c’est une manière de vivre qui fait du bien au corps et à l’esprit !

On mange pole, on dort pole et surtout on vit pole !


Tu as aimé cet article ? Partages-le !

Rendez-vous sur Hellocoton !

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.