Une vision de l’avenir : rêver et réaliser sans limite

Avoir une vision de l’avenir assez précise est finalement quand même relativement incertain, voire même assez risqué. Et dès notre plus jeune âge on est briefé sur le sujet.

Tu veux faire quoi plus tard ?

C’est la question à 3 balles et 10 centimes qu’on pose aux p’tits jeunes : tu veux faire quoi plus tard ? Et quand ils répondent, on leur dit « ah non c’est un secteur bouché ça, je reviens dans cinq minutes voir tes nouvelles idées ».

Et quand on grandit, ça n’est pas forcément mieux. Dans les entretiens d’embauche, on passe par la case « Comment vous voyez-vous dans cinq ans ? » (de préférence vivant si ça vous ennuie pas…) ou à Pôle Emploi « Vous êtes réceptionniste en hôtellerie ? Euké. Attendez. Il y a un poste au SAV de Conforama. C’est pareil c’est du service client ça vous plaira je le sais. »

A chaque fois qu’une de mes directrices m’a posé la question des 5 ans, j’ai eu envie de me lever et de leur dire « Laissez-moi essayer le siège sur lequel vous êtes assise, j’aimerais savoir si je pourrai garder le même ou si je dois commencer à prospecter pour un nouveau ». Mais bon. Je crois que je me serai faite recaler direct ahah.

Le fait est qu’aujourd’hui on travaille principalement pour gagner sa vie, on n’a pas tous la chance de faire de notre passion notre métier, ou même de se prendre de passion pour notre métier. Je sais pertinemment que de ce côté-là je suis chanceuse. J’aime mon boulot et c’est aussi ce qui me permet de passer outre certaines choses qui m’excèdent extrê-me-ment-beau-coup. Même si clairement, y a certains jours, j’ai pas envie d’aller bosser comme tout un chacun.

Honnêtement, je ne sais pas comme je serai dans cinq ans, je ne me dis pas à tel âge tu auras des gosses et si t’as pas fait ça avant tes 40 ans c’est la catastrophe. Mais à côté de ça j’ai une vision immense de l’avenir. Il y a des scénarios infinis et improbables qui se créent dans ma tête : certains sont directement reliés à la volonté d’une tierce personne et ne dépendent pas de moi à 100% (type ma carrière en hôtellerie, ça fait deux trois ans que je me fais recaler pour un poste de chef de réception parce que je cite « vous êtes brillante mais wow vous avez vraiment que 20/21/22 ans ? »), malgré tout je continue à m’obstiner. Pour les autres scénarios, ceux-là je sais qu’ils ne dépendent vraiment que de moi et de la masse travail que j’abattrai pour les réaliser.

Et surtout, je ne m’empêche jamais de voir grand. Mais pas grand genre grand, mais GRAAAAND quoi. Et loin, infiniment loin parce que je suis intimement persuadée qu’on peut devenir qui on veut tant qu’on s’en donne les moyens.

Chacun sa vision de l’avenir, le tout est de travailler pour la réaliser

Franchement des fois on se décourage, on en voit pas le bout, on se dit qu’on n’y arrivera jamais. Mais en soi, le plus amusant ce n’est pas d’arriver au bout de l’objectif fixé, c’est comment est-ce qu’on va y parvenir. Quelles galères on va surmonter, quelles petites victoires on va célébrer (oh la bonne excuse pour s’enfiler le champagne). Et rien que pour ça, je n’ai pas envie d’atteindre un objectif défini. Non je préfère le transformer, le faire évoluer et à chaque fois, il sera plus grand, plus difficile, demandera plus d’efforts mais le tout ira de paire avec les petits pas que j’aurais déjà fait.

Je n’ai pas envie de laisser ma vie être construite par la fatalité. Par des questions du type « tu veux être quoi plus tard » ou « comment vous voyez-vous dans cinq ans ». Franchement j’en sais rien, j’évolue avec ma vie et ma vie évolue avec moi. C’est pas toujours facile, déjà parce que c’est limite impossible à expliquer dans une conversation normale « J’sais pas les gars j’y vais en mode YOLO » et ensuite parce que ce serait interpréter de la mauvaise façon.

De un je n’y vais pas en Yolo total : je ne connais pas le détail de mon trajet mais je sais dans quelle direction je vais.

De deux : je suis loin d’être une je m’en foutiste. Je suis une perfectionniste aux griffes acérées.

En fait je n’ai pas une vision de l’avenir claire et précise. C’est le meilleur moyen de se viander la gueule comme jamais. Je sais aussi quelle personne je ne veux jamais devenir. J’ai mes convictions mais l’avenir dépend de trop de facteurs. Je ne veux pas avoir de tracé défini mais je veux avoir la liberté d’avoir le choix. Et un grand sage que j’ai nommé Papa 😀 m’a un jour dit que le plus grand luxe dans la vie, c’était d’avoir le choix.

Et ainsi, le jour où je partirai, j’ose espérer que je pourrais me retourner sur ma vie une seconde et me dire : bordel je me suis vautrée, j’ai réussi, j’ai bien galéré, mais je suis arrivée là où je voulais être, aussi loin que possible.

Et vous, votre avenir vous le voyez comment ?

Cet article a été réalisé dans le cadre du challenge d’écriture du Café des Blogueuses et ci-dessous je vous partage trois blogs qui ont abordé cette question de la vision de l’avenir :

Rendez-vous sur Hellocoton !

You might also like

32 Comments

  1. ChatBanane says

    Hello 🙂
    J’ai beaucoup aimé ton article, surtout ta partie sur la combinaison : rêves et travail ! Je partage totalement cette vision des choses. Je m’estime heureuse de faire un travail qui me plait et qui me donne envie de me lever le matin (même si comme toi, y’a des jours ou je resterais bien sous la couette à flâner sur le net). En gros, pour le moment tout va bien professionnellement et personnellement ! J’espère donc que l’avenir ne sera pas trop différent 🙂
    Des bisous

    1. Marion - Civis Mundi says

      Coucou ! Merci beaucoup pour ton passage 🙂 Effectivement je pense que c’est vraiment quelque chose de positif, et moi même je l’oublie parfois ^^ Je te souhaite tout le bonheur auquel tu aspires en tout cas ! Bisous 🙂

  2. Lisa says

    J’aime beaucoup ta vision des choses ! Ton article est très motivant ! 🙂

    Bisous, Lisa

  3. Jessica says

    Quelle bonne question ! Peut-être la continuité de ce que j’ai maintenant niveau boulot. Je l’espère. Pour le reste, c’est un mystère ! Rien de clair ni de précis, comme tu le dis si bien.

  4. La Belle Bleue says

    La question qui me fâchait !!!!!
    Pendant ma scolarité, j’ai voulu être cosmonaute, gymnaste, dessinatrice, journaliste sportive, prof… pour finalement me retrouver en pleins concours administratifs (il m’en reste un à passer pour la session 2017) !!!! Le bordel !!!!
    Je n’ai de toute manière jamais eu une vision précise de mon avenir !!!!!

    Quant à mon avenir sentimental, je me marre et je reviens… je ne me sens pas prête à avoir un mec dans les pattes H24 !!!!!!

  5. Lifestyle Ade says

    Moi à Pôle Emploi j’ai eu droit « ha vous êtes dans le domaine du social.. ok j’ai un emploi dans le tourisme à vous proposez mais il faut être bilingue » euuuuuuuuu, comment dire
    Je suis un peu comme toi, je n’ai pas une vision bien définie de mon avenir. J’avance avec mes valeurs, mes convictions et avec mes projets en tête.

    Des bisous 🙂

  6. Grâce Minlibé says

    L’important ce n’est pas la destination mais le chemin en lui-même. J’ai la chance de me lever avec le sourire pour aller au boulot parce que mon environnement de travail et mes collègues sont hyper intéressants, je remercie le ciel pour cela mais j’aimerais pouvoir vivre de ma passion. J’ai fait une lettre à mon futur moi et je ferai mon possible pour que ce rêve devienne réalité

  7. Trysha says

    Très bel article. Pour ma part dans 5 ans, tout ce que je sais que je veux être, meme si ça fait cliché, c’est être heureuse et aimer la vie que je mène.

  8. Kristin says

    Inspirant comme article 🙂 pour répondre à ta question, dans 5 ans j’aimerai être en dernière année de journalisme dans une des meilleures écoles de France, avec un job génial à la clé. J’aime bien prévoir du côté professionnel et pour ce qui est du reste… je me laisse aller, l’imprévisible, ça a du bon parfois 🙂

  9. Nadia says

    J’ai la « chance » (chance = travail + bonne grosse motiv hein) de « vivre » (vivre = parfois oui parfois c’est plus la galère hein) de ma passion et j’en suis méga jouasse mais ça ne m’empêche pas d’être incapable de répondre à cette question ! Parce que je peux avoir envie de tout arrêter, avoir envie d’autre chose, tout simplement ! Et ça ne me cause aucun problème de penser que ce n’est pas figé, au contraire ! C’est con quand même, on devrait nous demander ce qu’on aimerait là maintenant au présent !

  10. lesptitesmainsdabord says

    je suis bien d’accord qu’aujourd’hui on travaille beaucoup pour gagner sa vie et pas par passion.
    mais en plus de la pression qui nous est mise depuis touts petits, il y a aussi celle rencontrée quand on veut se reconvertir.
    Ici j’ai eu des petits boulots après le bac, mais j’ai travaillé 6 ans dans l’animation. Boulot dont j’ai saturé, et là je suis encore plus perdue qu’au début de ma vie professionnelle.
    je sais ce que je ne veux pas, mais je ne sais pas vraiment ce que je veux. alors entre pôle emploi ou parfois même l’entourage qui ne comprend pas qu’on puisse ne pas savoir ou être hésitants c’est assez enquiquinant

  11. Laurine says

     » comment vous voyez-vous dans cinq ans ? -Franchement j’en sais rien, j’évolue avec ma vie et ma vie évolue avec moi.  »
    Clair et concis mais très juste, je crois que je finirai pas répondre ça si je me retrouve dans cette position.
    J’ai jamais compris cette question étrange, on ne peut pas savoir exactement; c’est presque triste d’affirmer savoir où on sera dans 5 ans : la vie est tellement faite de changements…
    Bref, je m’égare 😉
    Bonne journée !

  12. Salomé says

    Toi une perfectionniste aux griffes acérées vraiment ? (non je plaisante, je commence à te connaitre !)
    Je suis contente de voir que d’autres personnes pensent comme moi. Je partage totalement ta vision de l’avenir et la question des 3/5ans je la trouve tellement nulle… Qui peut vraiment savoir ? Ca a toujours été la même chose depuis qu’on est petit  » tu veux faire quoi plus tard ? » et à chaque année je changeais d’avis ( entre princesse/chanteuse/mannequin/maitresse/ou encore sirène). Plus sérieusement, cette question est d’autant plus stupide que les élèves sont souvent mal informés sur toute la possibilité des métiers et l’enfermement dès la 2nde dans des cases…

    Alors voilà, je ne suis pas non plus fataliste, comme toi, mais on verra bien où ça me mène. Tant que j’ai un fil conducteur qui me tient à coeur et que j’aime ce que je fais, ça me va. Je veux juste être heureuse dans ma vie et je crois que c’est ce qu’on devrait tous chercher à avoir : être heureux.

    Bisous !

  13. Estelle says

    Coucou !

    Ton billet d’humeur m’a extrêmement touchée, étant moi-même dans une période où je me pose pleiiiin de questions sur mon boulot, mon orientation, mes envies. Ça fait du bien de lire quelqu’un d’autre comme ça 🙂

    À bientôt,
    Estelle

  14. Mimie2908 says

    Bravo pour ton article !!! J’ai adoré !

  15. Clémentine says

    Très bon article marion, dans lequel je me reconnais. Je ne sais pas où je serais dans 5 ans. Je ne sais même pas où je serais à la fin de l’année. Et je crois que je ne veux pas le savoir. Je sais où je veux aller, là où je ne veux pas aller. Je sais qui je veux devenir et qui je ne veux pas. Le reste, ça se fait le long du chemin 🙂

  16. Happy Swallow says

    La fameuse question « comment vous voyez-vous dans cinq ans ? ». Je suis de ceux qui mettent leur famille et leurs amis avant leur vie professionnelle. Mais je suis aussi de ceux qui veulent s’amuser au boulot. Nous n’avons qu’une vie, autant la passer à réaliser ses rêves !

  17. Pauline says

    Hey ! Super article, c’est vrai que c’est une chance quand on aime vraiment son métier, et ce n’est pas donné à tout le monde. Tu as raison de voir grand, je trouve que ça motive à se démener pour atteindre ses objectifs.
    Pour le côté YOLO, je suis d’accord, c’est inutile de trop planifier son avenir. La vie est pleine d’évènements imprévisibles ! Donc autant prendre un jour après l’autre tout en gardant ses buts bien en tête.

  18. julia says

    Je suis tout à fait d’accord avec ton article, je suis pareille, la vie que je mène aujourd’hui je l’ai pas réfléchi en amont comme on peu faire, j’ai vogué au grès des opportunités et des envies et je continue je tente, je cherche, j’expérimente, je fais marche arrière…toujours viser la lune au pire on atterri dans les étoiles :p (c’est pas de moi mais j’aime bien cette expression 🙂 )

  19. Lauriane LeLaboNet says

    Cet article est très touchant. Tu te livres vraiment et je pense que nous sommes beaucoup à nous reconnaître. Je pense que la seule réponse à « qu’est-ce que tu veux faire dans la vie ? » est être heureux ! et pour ça chacun trouve son chemin avec plus ou moins de raccourcis ou d’embûches. Ca fait le charme de l’histoire.

  20. Johanna says

    Je ne sais pas comment je vois ma vie dans 5 ans. Mais une chose est sûre, c’est que je veux de la liberté. C’est limite vital pour moi. Je n’ai pas envie d’exercer un métier qui ne me plait pas. Bon bien sur, si un jour je n’ai pas le choix je serais bien obligée. On travaille pour gagner de l’argent, mais on passe plus de temps à travailler qu’à profiter de ses proches. Alors je travaille sur des projets, pour mener la vie dont j’ai toujours rêvé. Et je sais que je recevrais des critiques de la part de mes proches parce que je ne fais un métier comme « tout le monde », que je ne me lève pas tous les jours à 6h pour aller bosser, mais peu importe. L’important c’est d’être heureux et si mes projets échouent, au moins je n’aurais pas de regrets. J’aurais essayé 🙂

  21. Virginie Neleditesapersonne says

    Très belle philosophie ! C’est exactement la vision que j’ai envie de transmettre à mes enfants. Restez flexibles et adaptez vous car rien ne sert de se fixer un objectif précis qui sera de toute façon mouvant ! Et j’ai bien ri sur ton intro, les questions des RH c’est tellement ça ! « Comment vous voyez vous dans 10 ans? » => vieille. 😉 Pour le reste j’espère juste heureuse et fière de là où je serai arrivé et du chemin parcouru ! lequel ? ça; on verra bien !

  22. LaParenthèsedOr says

    Ah la la c’est LA grande question.. C’est une bonne question d’ailleurs, parce que honnêtement j’en sais rien, puis rien n’est jamais vraiment comme on le veut, je vois quelques scénarios aussi, on verra bien 🙂
    Comme toi, j’aime mon travail, c’est ma passion même si j’avoue qu’a force de fatigue certain matin je n’ai VRAIMENT pas envie d’y aller :p

  23. Nadine says

    Article intéressant, selon moi mieux vaut laisser faire le temps, ne pas chercher à savoir l’avenir et profiter de chaque instant présent afin de le savourer.

  24. Marie Benard says

    Salut, super ton article… Ma nouvelle philosophie c’est vivre l’instant présent, un peu cliché mais tellement apaisant!
    Marie

  25. Franca says

    Exactement tu as tout dit ! Ha oui toutes ces questions, je dirais désagréables que je ne supporte plus surtout celle « dans 5ans… »à chaque fois j’y ai droit et je n’en sais rien.

  26. Chloé says

    J’aime beaucoup cet article, j’ai également écrit sur le même sujet dans la semaine ! J’aime également ta façon de voir les choses. J’avoue ne pas aimer cette fameuse question de comment on se voit plus tard. J’ai l’impression que les personnes attendent quelque chose de bien précis et que peu importe ce qu’on dira, ça ne leur conviendra pas.
    En tous cas, tu as bien raison de ne pas planifier, les choses se feront naturellement !

  27. Juliette says

    Mon avenir ?

    Je ne sais pas trop où je me vois. C’est vraiment qu’on nous rabâche sans cesse cette Question .. et dans certaines formations on oblige même à avoir des projets professionnels bien définis, le problème c’est que tout le monde ne sait pas ce qu’il veut faire du coup on présente des projets bidons sous le coup de la pression. Beaucoup se disent également qu’ils préfèrent rester vague car pour eux le simple fais d’en parler signifie qu’ils vont se retrouver dans ce milieu. 🙁

    C’est un très bon article !

  28. Prunettte says

    C’est un article qui rebooste ! Je suis bien d’accord avec toi, avant de penser à dans 5 ans, si on parlait de maintenant ? La vie n’est jamais comme on l’avait imaginé, mais on peut la provoquer pour que certaines choses arrivent. Je ne pensais jamais partir à l’étranger et vivre une expérience comme celle là. Et pourtant j’y suis depuis trois mois. Et encore de nombreux mois avant mon retour en France m’attendent. Et après ? On verra où l’on sera, commençons déjà par faire notre expérience là où on est actuellement… ;).

  29. Serena says

    Hello la belle,
    Je trouve ton article tellement bien écrit et intéressant, j’adore ! Je m’y retrouve sur certains points, mais gamine je voulais enseigner et après quelques batailles j’ai cette chance et j’adore mon job. C’était un peu comme une évidence pour moi, une vocation je crois (mais parfois, on est bien d’accord, on aimerait faire la grasse mat’ à la place ahah). Pour autant, je suis incapable de répondre aux questions du genre « tu te vois où dans 10 ans » car j’en sais rien du tout… je sais déjà pas où je serais dans 2 ans alors dans 10…. LOL
    Pôle Emploi, ils me font rire, apparemment, j’ai toujours eu une carrière dans le social toute tracée (j’ai sans doute raté ma vocation^^). C’est comme si la société voulait te mettre dans des cases et quand tu as le malheur de dire « je ne sais pas », on te regarde souvent de travers.
    Bref, je crois que j’ai trop blablaté, juste merci pour ce bel article !
    Gros bisous à toi <3

Leave A Reply

Your email address will not be published.